Deux ONG réclament la fin de la détention “illégale” des officiers proches du général Konaté

Général Nouhou THIAM et cie

Des membres de deux organisations des droits de l’homme ont dans un communiqué conjoint signés le 28 octobre, exigé la libération de cinq officiers de l’armée guinéenne proches du Général Sékouba Konaté. Ils avaient été arrêtés et détenus au lendemain de la présumée tentative d’assassinat du Président Alpha Condé, le 19 juillet 2011 à Conakry.

Lire la suite : Deux ONG réclament la fin de la détention “illégale” des officiers proches du général Konaté

Insécurité : le garde de corps du ministre de la défense amputé de ses deux pieds par des bandits !

garde du corps

Les malfrats continuent de défier les forces de sécurité. Dans la nuit du vendredi au samedi 25 octobre 2014, desbandits ont attaqué un commando “chinois”, de surcroit l’un des gardes-de-corps du ministre délégué à la défense, adjudant de son état.

Lire la suite : Insécurité : le garde de corps du ministre de la défense amputé de ses deux pieds par des bandits !

Un jeune guinéen de 26 ans trouve des méthodes permettant de produire de l’électricité à moindre coût

jeune guineen

Ce jeune passionné par la production du courant électrique a rencontré ce mercredi la presse.  Son nom est Diallo Mamadou Kolon, originaire de la commune rurale de Sagalé dans la préfecture de Lelouma. Au cours de cette conférence de presse, le jeune sur doué qui arrêté ses études en 8ème année, au collège a présenté les prototypes de sa découverte.

Lire la suite : Un jeune guinéen de 26 ans trouve des méthodes permettant de produire de l’électricité à moindre...

Siège du futur Parlement : une superficie de 22 mille mètres carrés dégagée à Koloma

palais depute 01

Des députés ont effectué une visite au site directionnel de Koloma dans la commune de Ratoma pour voir l'emplacement du siège de la future Assemblée nationale d'une étendue de 22 mille mètres carrés, a-t-on appris jeudi selon des cadres de l'appareil législatif.  

Lire la suite : Siège du futur Parlement : une superficie de 22 mille mètres carrés dégagée à Koloma

Tortures et détentions arbitraires : Le rapport de l’ONU qui accable la Guinée…

alpha 33

Dans un document publié ce lundi 27 octobre 14 à Conakry,  intitulé‘’Rapport sur la situation des droits de l’homme dans les lieux de détention en République de Guinée’’, le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme en Guinée décrit une situation lugubre voire affligeante dans les prisons en Guinée, a appris Africaguinee.com.

Lire la suite : Tortures et détentions arbitraires : Le rapport de l’ONU qui accable la Guinée…

Boffa : Un rite culturel tourne au drame, plusieurs morts signalés…

fete-de-la-biere-30-oct-2011

BOFFA-Plusieurs personnes ont perdu la vie lors d’une cérémonie coutumière la semaine dernière à Kabéléyah, une localité située dans la préfecture de Boffa, a appris Africaguinee.com.

Lire la suite : Boffa : Un rite culturel tourne au drame, plusieurs morts signalés…

Quand Alpha Condé refuse d’appeler Macky Sall …

Macky-Alpha-Condé

Comme annoncé dans une dépêche précédente, l’orage qui s’est abattu sur Conakry hier samedi a endommagé quelques balises et autres équipements de l’aéroport international de Conakry Gbessia. Cette foudre a obligé le vol d’Air France, en provenance de Paris, de se dégager en catastrophe à Dakar. Mais, les passagers à bord de l’airbus d’Air France n’étaient pas au bout de leur calvaire, car arrivés dans la capitale sénégalaise, ils n’obtinrent immédiatement pas l’autorisation de débarquer à cause de l’épidémie d’Ebola en Guinée, a-t-on appris de sources concordantes. 

Lire la suite : Quand Alpha Condé refuse d’appeler Macky Sall …

Burkina / Révision constitutionnelle : Des députés de la majorité menacés

deputes bf

Plusieurs centaines de femmes soutenant l'opposition burkinabè ont marché lundi à Ouagadougou, entamant une semaine de manifestations contre une révision de la Constitution qui favorise le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré, aux affaires depuis 27 ans.

Quelques heures plus tard, la majorité a appelé le chef de l'Etat à prendre toutes les mesures possibles contre des agressions à l'encontre de ses députés, menacés à leurs domiciles, alors que toutes les parties craignent une poussée de violence cette semaine.

Nous ne voulons pas du pouvoir à vie, a déclaré Saran Sérémé, une ancienne députée pro-Compaoré passée dans l'opposition, qui dirige le Parti pour le développement et le changement, non représenté à l'Assemblée nationale.

Les femmes, qui ont scandé durant une heure des slogans hostiles au régime et au président Compaoré, manifestaient une spatule à la main, un symbole très grave selon cette responsable.

Dans la société burkinabè, le fait qu'une femme lève sa spatule, qui sert préparer le tô - une pâte de mil ou de maïs, plat traditionnel dans le pays -, en direction d'un homme est considéré comme une très forte marque de défiance.

Nous n'allons pas avaler toutes les couleuvres parce que nous voulons la paix, a ajouté Mme Sérémé, mettant en garde le pouvoir. Nous ne voulons pas de balles perdues.

La majorité, par la voix de son coordinateur Assimi Kouanda, s'est de son côté alarmée de manifestations d'individus, dont le nombre varie entre 50 et 300, devant les domiciles de ses parlementaires, accusés d'être corrompus, traîtres à la nation ou encore ignares.

Au moins 21 députés, dont les noms sont listés dans une lettre envoyée aux ministres de la Justice, de l'Intérieur et de la Défense, soit Dramane Yaméogo, Jérôme Bougouma et Blaise Compaoré - qui détient également ces prérogatives -, se sont ainsi vus exiger de ne pas voter le projet de loi favorable au chef de l'Etat.

- Incendier leurs domiciles -

Les manifestants ont également menacé les parlementaires d'incendier leurs domiciles avec femmes et enfants si jamais ils n'obtempéraient pas à leurs injonctions, affirme cette lettre.

Dans ce courrier officiel, dont l'AFP a eu copie, M. Kouanda a demandé que toutes les mesures soient prises en vue de préserver l'intimité, la sécurité et la tranquillité de ses députés.

L'envoi de cette missive intervient à la veille d'une vague de protestations contre un projet de loi examiné jeudi par l'Assemblée nationale, qui vise à réviser la Constitution pour faire passer de deux à trois le nombre maximum de quinquennats présidentiels et permettre le maintien au pouvoir de Blaise Compaoré.

Ecoles et universités sont fermées depuis ce lundi par crainte de débordements.

L'opposition politique a appelé à une journée nationale de protestation mardi afin d'exprimer son refus catégorique d'un coup d'Etat constitutionnel.

L'Assemblée nationale examinera jeudi un projet de loi gouvernemental visant à réviser l'article 37 de la Constitution pour faire passer de deux à trois le nombre maximum de quinquennats présidentiels.

Blaise Compaoré, arrivé à la tête du Burkina Faso en 1987 par un coup d'Etat, achèvera en 2015 son deuxième quinquennat (2005-2015) après avoir effectué deux septennats (1992-2005).

Mais sa volonté de se maintenir au pouvoir après 27 ans de règne suscite l'hostilité de l'opposition, d'une grande partie de la société civile et de nombreux jeunes de ce pays, où plus de 60% des 17 millions d'habitants ont moins de 25 ans et n'ont jamais connu un autre dirigeant.

AFP

Trentaine de morts à Conakry : le Président Sadakadji s'incline et prie pour les morts

dsc 5546

Attristé et inconsolable, Sadakadji Diallo le Président du Mouvement pour la Solidarité et le Développement (MSD) s'incline devant la disparition d'au moins 33 personnes emportées dans une bousculade à Conakry hier mardi.

Lire la suite : Trentaine de morts à Conakry : le Président Sadakadji s'incline et prie pour les morts

Burkina Faso: premiers affrontements entre manifestants et forces de l'ordre

Des centaines de manifestants à Ouagadougou au Burkina Faso

De premiers affrontements ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi à Ouagadougou entre forces de l'ordre et manifestants burkinabé opposés à la révision constitutionnelle qui favorise le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré, a constaté l'AFP.

Lire la suite : Burkina Faso: premiers affrontements entre manifestants et forces de l'ordre

Burkina Faso: l'opposition au référendum entre en désobéissance

anti referendum faso

Au pouvoir depuis 27 ans, Blaise Compaoré vient de lancer le processus de modification de la Constitution, afin de pouvoir briguer un nouveau mandat. L’Assemblée nationale doit se prononcer ce jeudi. Si la majorité des trois-quarts n’est pas atteinte, le référendum aura lieu. Une voie « inacceptable » pour l’opposition qui appelle à la désobéissance civile à partir de ce mardi 28 octobre. Un grand rassemblement est prévu à Ouagadougou.

Lire la suite : Burkina Faso: l'opposition au référendum entre en désobéissance

 

Lecture en fond

 

La Presse en Guinée

  • La lance
  • Le Lynx
  • Le Défi
  • L'Enqueteur
  • Le Diplomate
  • Horoya
  • L'Observateur
  • Le Populaire
  • Sud Economie

Les-Afriques300

 

JA2807-2808big

NA49

                                                                                                                    Copyright © 2014 - Sadakadji. All Rights Reserved. Designed by K&M media group